un peu d'histoire...

Comment parler de l'asbl Solidarcité et de son concept d'année citoyenne sans parler tout d’abord de SOS Jeunes, l'AMO (Aide à la jeunesse en Milieu Ouvert) bruxelloise à l’origine de sa création.

Depuis plus de 25 ans, SOS Jeunes accueille et accompagne tout jeune mineur en difficulté. Cette aide peut prendre des formes diverses: une écoute, une information, un accompagnement social, un hébergement de courte durée pour permettre de désamorcer une situation complexe, ...

En tant que service d'aide à la jeunesse, SOS Jeunes ne peut s'adresser qu'à un public de jeunes mineurs. Au-delà de cette limite d'âge, les demandes ne peuvent normalement plus être acceptées. La réalité de SOS Jeunes est cependant fort différente. En effet, bon nombre de sollicitations émanent d'un public âgé de 18 ans et plus. Il s’agit généralement de grands adolescents ou jeunes adultes en mal de projet qui, pour diverses raisons, se retrouvent désemparés face à l’avenir incertain s’offrant à eux.

Face à ce constat, fin des années 90, un travail de réflexion important a été initié afin d'imaginer un projet spécifiquement ouvert à ce public particulier. Par hasard, cette réflexion a croisé le chemin du projet français Unis-Cité qui proposait déjà depuis plusieurs années un programme de services volontaires en équipe ouvert aux jeunes de 18 à 25 ans.

Fort de cette nouvelle source d'inspiration, un projet pilote a été imaginé et mis sur pied en février 2000. Ce projet novateur en Belgique proposait à des jeunes venant de tous les horizons de vivre une expérience différente, basée sur la vie en groupe, la réflexion et bien entendu sur le volontariat. Le concept d'année citoyenne « Solidarcité » était né.

Pendant près de 6 ans, le projet d'année citoyenne Solidarcité s'est progressivement affiné, structuré mais aussi développé au sein de SOS Jeunes. Ce n'est donc qu'en 2006, le 11 mai précisément, que Solidarcité devient une asbl indépendante.

En 2007, soucieuse de faire reconnaître et de développer plus largement l'engagement citoyen des jeunes, Solidarcité fonde, en collaboration avec trois partenaires que sont ASMAE, Trans-Mission et la Fondation Benoît, la Plate-forme pour le Service Citoyen.

Un an plus tard, en 2008, l'asbl obtient sa reconnaissance comme Organisation de Jeunesse par la Communauté française de Belgique et développe, dans la foulée, une antenne du projet à Liège.

C'est également à cette époque, que l'AMO ottintoise  La chaloupe  marque son intérêt pour développer, en son sein, un programme d'année citoyenne du type de Solidarcité.

Depuis ce jour, les deux associations, soucieuses de continuer à développer le concept dans de bonnes conditions, ont collaboré à la création d'une fédération, le Réseau Solidarcité, qui va vu le jour en juin 2010.

Un projet dont la pertinence tend à être unanimement reconnue

 

  • 2002: Représentant la Belgique lors du Forum Européen de la Jeunesse « Vivre ensemble dans une société plurielle » l'année citoyenne Solidarcité est reconnue comme « best pratice in Europ ».
  • 2002: Solidarcité obtient le prix de la Citoyenneté Responsable Guy Demoulin décerné par le Rotary Club de Bruxelles.
  • 2003: le projet Solidarcité est reconnue comme l’une des « Meilleures pratiques en matière d’intégration » par le Dutch Urban Expert Center (Centre hollandais d’expertise urbain ), organe du ministère de l’intérieur hollandais.
  • 2008: Solidarcité est reconnue comme Organisation de Jeunesse par la Communauté française de Belgique.
  • 2009: Solidarcité est lauréat du Fonds Jeanne Van Quickenborne qui récompense des personnes ou groupes de personnes qui, dans la mise sur pied de projets matériels d’aide à autrui, prennent en compte de façon remarquable le développement de l’esprit des personnes bénéficiant de ces projets et en font un des éléments motivant leur initiative.
  • 2009: Solidarcité est reconnue comme projet innovant en matière d'intervention auprès des enfants et des jeunes par l'Observatoire de l'Enfance de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse (OEJAJ).
  • 2010: Le projet Solidarcité est reconnu comme projet pilote par le Ministère de l'Aide à la Jeunesse.