Solidarcité, un projet cher ou bon marché ?

Pour un programme d'année citoyenne de 9 mois, le coût par volontaire est de 12.000€, soit environ 100€ par jour.

A titre de comparaison, les chiffres relatifs au coût de la scolarité à charge de la Communauté française sont les suivants (2006-2007)1:

  • Enseignement obligatoire Secondaire ordinaire: 6.249€/an
  • Enseignement obligatoire Spécialisé: 12.590€/an
  • Enseignement supérieur Baccalauréat: 5.096€/an
  • Enseignement supérieur Master: 8.053€/an

De prime à bord, Solidarcité apparait donc comme étant une alternative éducative plus onéreuse que la plupart des filières d'enseignement dites «classiques».

Ceci étant, si l'on s'écarte d'une logique financière à court terme pour envisager le coût de l'année citoyenne dans une perspective à plus long terme, on se rend compte que Solidarcité offre en réalité aux pouvoirs publics une possibilité de faire des économies substantielles.

L'approche préventive

Si l'on part du postulat, et nous en sommes convaincus, que notre action a un impact positif sur le parcours d'une partie de notre public cible; grâce à l'encadrement proposé pendant une période somme toute relativement courte (maximum 9 mois), nous allons permettre à des jeunes de se (re)lancer dans la vie active et ainsi de quitter ou de ne pas rentrer dans un réseau d'assistance ou de prise en charge aux coûts pouvant être considérables.

A titre d'exemple, ne vaut-il pas mieux consacrer à un projet de prévention comme le nôtre 100€ par jour pour aider un jeune à se sortir de ses petits problèmes de délinquance que d'attendre qu'il soit trop tard et de l'envoyer derrière les barreaux. Les chiffres sont sans appel. En effet, un jeune placé en régime fermé coûte plus de 500 € par jour et un adulte emprisonné 122 € en «entretien», c’est-à-dire hors prise en compte de la construction et de l’entretien des bâtiments2. Le champ répressif coûte donc beaucoup plus cher que le projet que nous menons.

La logique décrite ci-dessus est bien évidemment également valable pour l'aide sociale, le chômage, le suivi au niveau de la santé mentale, etc.

L'approche économique

Il ne faut pas non plus oublier que les actions de services à la collectivité menée par les volontaires représentent une quantité considérable d'heures de travail qui, étant assurées bénévolement, permettent à la société de faire des économies.

En considérant les éléments suivants:

  • Une moyenne de 72 jours de volontariat par jeune au cours de l'année citoyenne.
  • Une moyenne de 6 heures d'activité par jour.
  • Un salaire belge minimum de 1.135,5€ brut/mois3 (moyenne des salaires minimums de la tranche d'âge 16-21 ans) ce qui équivaut à une rémunération de 7,46€ de l'heure.

On se rend compte que, grâce à son action, chaque volontaire réalise un «travail» qui aurait pu être facturé au minimum 3.223€.

Le coût réel du projet par volontaire

Nous nous permettons donc de faire le calcul suivant pour estimer ce que nous pensons être le coût « réel » d'un volontaire Solidarcité: 12.000€ (coût global) – 3.223€ (contribution du volontaire) = 8.777€ (coût réel).

Sous ce nouvel éclairage, le coût du projet Solidarcité apparaît comme étant beaucoup plus proche du coût des filières d'enseignement dites « classiques ».

En conclusion, nous défendons donc fermement l'idée que Solidarcité n'est pas un projet éducatif plus cher qu'un autre !

1 - Ministère de la Communauté française de Belgique/ETNIC - 2008

2 - Carla Nagels, professeur de criminologie à l'ULB, coût tenant compte de l'inflation et correspondant à l'année 2008

3 - www.references.be/art3395

Comptes et bilans

Pour consulter les comptes et bilans de notre dernier exercice budgétaire, consultez les documents dans l'onglet "Association".